Poème 'Amour' de Louisa SIEFERT dans 'Rayons perdus'

Amour

Louisa SIEFERT
Recueil : "Rayons perdus"

Ô rêves de jeunesse, éblouissant mirage,
Qui vous arrachera de mon cœur éperdu ?
Qu’étaient donc ma raison, ma force, mon courage,
Qu’ils aient fui pour un mot dans la nuit entendu ?

Amour ! oh ! c’est bien toi dont j’ai senti la flamme,
Toi qui fais mon souci, toi qui fais mon effroi !
Ton souffle impérieux a passé sur mon âme ;
Je tremble, je supplie, oh ! que veux-tu de moi ?

Qu’on ne me parle plus d’aurore ou de rosée,
De chansons au matin, d’astres au firmament ;
Laissez-moi, par pitié, j’aime, je suis brisée,
Et j’ai tout oublié pour ce cruel tourment.

Mais quoi ! je pleure encor ? Oh ! l’amour, c’est la vie,
Le bien, le beau, le grand, la foi, la vérité ;
C’est Dieu même qui parle et soudain nous convie
A jouir tout vivants de l’immortalité !

Écoutez, écoutez : j’aime, je suis aimée,
Je puis vaincre la mort et braver l’inconnu ;
Mon ciel était obscur, mon âme était fermée ;
Voici : le jour s’est fait et l’amour est venu !

Juillet 18…

Poème préféré des membres

guillaumePrevel, IsaacLovegood et kimmoon ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. “Nulle différence entre l’être et le non-être, si on les appréhende avec une égale intensité” Cioran

    Amour

    ’’Je n’ai jamais croisé l’amour ’’ même volage
    Le destin l’a voulu sans atomes crochus
    Qui se soient mélangés à des songes déchus
    Déjà de l’avouer conduit au profilage

    Du sentiment humain - Ma mère parlait de rage
    D’un air si consterné sur mes goûts mal fichus
    Elle n’aimait rien de moi surtout mes mots fourchus
    Le langage est amour autant que son courage

    A cette confession métaphysique en l’air
    L’air de rien est douleur quand aimer est enfer
    Que répondre à cela ? Je n’ai pas osé dire

    Que d’aimer en silence était un dur combat
    Je n’ai rien répondu - Mais j’ai pensé tout bas
    Que l’amour le plus triste est de s’en interdire

    20/04/2018 - Pour Nathalie

  2. Octoporc de gueules
    --------------

    L'octoporc rouge et rose est un être volage ;
    Il ne sait gouverner ses atomes crochus,
    C'est un héros perdant, c'est un prince déchu,
    Un faible contenu dans un lourd emballage.

    Il ne s'enflamme pas, ni d'amour, ni de rage,
    Il gère quelques biens, ceux qui lui sont échus ;
    Il explore la Voie par des sentiers fourchus,
    Une oeuvre pour laquelle il a peu de courage.

    Bien loin d'être un archange, un seigneur de l'éther,
    Ressemblant davantage aux démons de l'enfer,
    Il ne sait ce qu'il cherche et n'ose pas le dire.

    Peu fait pour le travail, ni pour le dur combat,
    Il compose du texte, il chantonne tout bas,
    Il rit au vieux proverbe «Interdit d'interdire».

Rédiger un commentaire

Louisa SIEFERT

Portait de Louisa SIEFERT

Louisa Siefert, née à Lyon le 1er avril 1845 et morte à Pau le 21 octobre 1877, est une poétesse française. Issue d’une famille protestante établie à Lyon, elle reçoit une éducation religieuse. Son père était originaire de Prusse et sa mère du canton de Thurgovie en Suisse. Son premier recueil de poèmes,... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS