Poème 'Anna' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Anna

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

A Jacques Madeleine

C’est ainsi que le Temps nous les métamorphose
Et ce tas d’ombre fut une déesse rose;
Dans la sombre améthyste on gravait ses profils,
Et le Désir restait captif dans ses grands cils.
Oui, c’est Anna! Regarde, ô Jacques Madeleine,
Ce monstre grelottant dans son haillon de laine.
Les ennuis éternels grincent, inapaisés,
Sur sa bouche entr’ouverte où nichaient les baisers.
Cette vieille, qui fut jadis pleine de gloire,
Est terne et sans couleur, comme la terre noire;
Ses cheveux sur son front meurtri par le remords
Tombent sinistrement comme des serpents morts;
Vain débris que par jeu la Misère effiloque,
Son corps et ses habits ne sont plus qu’une loque.
Errant comme une chienne au fond de la Cité,
Ce spectre de folie et de lubricité
Tache encor la laideur du sombre paysage.
On devine pourtant sur ce morne visage
Où dorment les vieux lys dans l’ombre ensevelis,
On entrevoit parmi ses rides et ses plis
Comme un vague reflet de la splendeur première
Qui jadis le baignait d’une chère lumière
Du temps que ses yeux bleus réfléchissaient le jour,
Et l’ancien coup de griffe horrible de l’Amour.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto