Poème 'Art brut' de ATOS

Art brut

ATOS

Tu me percutes et m’impressionnes.
Tu m’emprisonnes et me façonnes.
Tu me fascines et me questionnes.
Psyché de toutes nos quêtes,
Halo du vivre de nos hivers sans faim.
L’âme des imparfaits, des âmes tourmentées,
Le regard inversé, l’œil des condamnés.
Le cris de nos fureurs, de toutes nos peurs,
Le geste subtil du dernier assaut de vérité.
Folie lucide – pulsion suicide
La vie n’est qu’alibi lorsque que l’on survit chaque nuit.
Choisir son rivage
Celui de la beauté, du silence, de la parole donnée.
Renaître sans s’avouer que tout sera déjoué.
Atteindre l’essentiel à s’en faire la belle.
Ne donner aucun sens et puis se laisser transpercer.
L’art de tout
D’un air de rien.
Réponse à toute violence déchainée,
Vide qui remplit les trop plein
Acide qui édulcore,
Corps de toutes nos plaies.
L’art de tout
d’un air de rien
Nous nous retrouvons mêlés, enlacés,
terrassés, épuisés,
émergeant soudain,
Étonnés d’être à la fois ébauche ou simple essai.
Défaits mais si odieusement habités.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS