Poème 'Ballade de la joyeuse chanson du cor' de Théodore de BANVILLE dans 'Trente-six ballades joyeuses'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore de BANVILLE > Ballade de la joyeuse chanson du cor

Ballade de la joyeuse chanson du cor

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Trente-six ballades joyeuses"

Ainsi qu’un orage tonnant
A la voix des magiciens,
Le cor éveille, en résonnant
Sur les coteaux aériens,
Le choeur des vents musiciens.
Sonnez, piqueurs galonnés d’or!
Parmi les aboiements des chiens
Qu’il est joyeux le son du cor!

Dans le clair matin rayonnant,
Plus d’ennuis et plus de liens
Au bois sauvage et frissonnant
Qui n’a que des loups pour gardiens!
Éclatez, cris olympiens,
Encor! Encor! Encor! Encor!
O chasseurs, francs bohémiens,
Qu’il est joyeux le chant du cor!

Le soleil embrase, en tournant,
Les gorges de ces monts anciens,
Et l’on croit y voir maintenant
Briller cent rubis indiens.
O sanglier géant, tu viens
Tomber dans ce riche décor:
Hurrah! bons chiens patriciens!
Qu’il est joyeux le chant du cor!

Envoi.

Prince, les beaux tragédiens
Que ces chiens au rapide essor,
Et dans les vents éoliens
Qu’il est joyeux le chant du cor!

Octobre 1869.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Azur, argent et gueules
    ------------------------------

    Un hibou que le soleil dore
    Vole dans le grand ciel d'azur ;
    Il suit sa voie, d'un regard sûr,
    Dans le beau pays tricolore.

    L'oie danse, et le cerf, plus encore,
    Dans le paysage d'argent ;
    Ces animaux, quels braves gens,
    Peuple du pays tricolore.

    De gueules, la mer que décore
    La nef d'argent des fiers pêcheurs ;
    Leur filet s'emplit de bonheur,
    Marins du pays tricolore.

  2. Trinité sonore
    ----------

    En cas de gloire ou de calamité,
    Les trois neveux de ce roi vénérable
    Sonnent du cor, signal incomparable
    Pour exulter ou pour se lamenter.

    Dans leurs combats rudement molestés,
    Bien éloignés des plaisirs délectables
    Et menacés par des sorts redoutables,
    Prendront le cor et le feront chanter.

    Il faut sonner quand la chance est contraire,
    Ces instruments refusent de se taire :
    Je les entends clamer ou soupirer

    Le noble roi, recevant cette plainte
    Par la distance un petit peu éteinte
    Y répondra, j’ose au moins l’espérer.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS