Poème 'Bien souvent je revois sous mes paupières closes' de Théodore de BANVILLE dans 'Les cariatides'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Théodore de BANVILLE > Bien souvent je revois sous mes paupières closes

Bien souvent je revois sous mes paupières closes

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Les cariatides"

Bien souvent je revois sous mes paupières closes,
La nuit, mon vieux Moulins bâti de briques roses,
Les cours tout embaumés par la fleur du tilleul,
Ce vieux pont de granit bâti par mon aïeul,
Nos fontaines, les champs, les bois, les chères tombes,
Le ciel de mon enfance où volent des colombes,
Les larges tapis d’herbe où l’on m’a promené
Tout petit, la maison riante où je suis né
Et les chemins touffus, creusés comme des gorges,
Qui mènent si gaiement vers ma belle Font-Georges,
A qui mes souvenirs les plus doux sont liés.

Et son sorbier, son haut salon de peupliers,
Sa source au flot si froid par la mousse embellie
Où je m’en allais boire avec ma soeur Zélie,
Je les revois ; je vois les bons vieux vignerons
Et les abeilles d’or qui volaient sur nos fronts,
Le verger plein d’oiseaux, de chansons, de murmures,
Les pêchers de la vigne avec leurs pêches mûres,
Et j’entends près de nous monter sur le coteau
Les joyeux aboiements de mon chien Calisto !

Septembre 1841.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le dimanche matin, près des boutiques closes,
    Ou le long d'un grand parc où s'ouvrent mille roses,
    Ou dans la fraîche impasse ombragée de tilleuls,
    Je vais droit devant moi, comme un paisible aïeul.

    Désert, le cimetière aux innombrables tombes,
    Pas même le corbeau ni la blanche colombe
    N'y sont présents ce jour. Las de me promener,
    Je m'assois au fond d'un jardin abandonné,

    Et ces quelques quatrains paisiblement se forgent
    Dans un grand carnet noir que j'ai toujours sur moi ;
    J'écris ce texte au son des cloches du beffroi,

    Sous l'oeil indifférent d'un jeune rouge-gorge.
    Mais je n'aligne point les rimes par milliers :
    Ils offrent l'apéro, mes voisins de palier.

  2. Au lendemain de la fête des voisins
    les clochards se font
    de nouveaux copains

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto