Poème 'Caprice' de Théodore de BANVILLE dans 'Améthystes'

Caprice

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Améthystes"

Quand je baise, pâle de fièvre,
Ta lèvre où court une chanson,
Tu détournes les yeux, ta lèvre
Reste froide comme un glaçon,
Et, me repoussant de tes bras,
Tu dis que je ne t’aime pas.

Mais si je dis : Ce long martyre
M’a brisé, je romps mon lien !
Tu réponds avec un sourire :
Viens à mes pieds ! tu le sais bien,
Ma chère âme, que c’est ton sort
De m’adorer jusqu’à la mort.

Février 1861.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS