Poème 'Céleste frôlement' de Maninred

Accueil > Les membres > Page de poésie de Maninred > Céleste frôlement

Céleste frôlement

Maninred

La lune lépreuse badigeonnait la ville
D’une glu familière aux vagabonds sans âme
Plombés de désarroi, lorsqu’un parfum gracile
Aiguillonna mon coeur , y fit naitre une flamme.

Un son de talons hauts cadençait sa silhouette
Diffusant la senteur aux fragrances divines
Et des combles obscurs brillaient les yeux des chouettes
Emues par la beauté de cette ombre de Chine

Marasme et léthargie frappés d’un prompt réveil
Causé par ce délit nocturne et fascinant
Ont quitté ma poitrine et j’ai vu le soleil

Occire la noirceur de mon sort de manant.
J’ai senti sur ma peau une caresse étrange…
Un frisson singulier…le passage d’un ange…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS