Poème 'Chanson de route Arya' de Charles CROS dans 'Le coffret de santal'

Chanson de route Arya

Charles CROS
Recueil : "Le coffret de santal"

Fiers sur nos chevaux, tribu souveraine
Poussons devant nous les troupeaux bêlants,
Les boeufs mugissants. Que chacun emmène,
Enlacée à lui de ses beaux bras blancs,
L’amoureuse. Car la halte est prochaine.

Partis du pays des hauts pics neigeux,
Des vallons mouillés par les sources vives,
Nous en emportons les rires, les jeux,
Les frais souvenirs, sans chansons plaintives.
Aux pays nouveaux nous trouverons mieux.

Esclaves, hâtez la marche endormante
Des troupeaux. L’agneau sait téter alors
Que la brebis court en broutant la menthe.
De vos aiguillons piquez les boeufs forts,
Les boeufs paresseux que le taon tourmente.

Mais on ralentit l’allure, à travers
Les bois; on descend de cheval; et, blanches,
Nos filles s’en,vont dans les buissons verts,
Les cheveux au vent, écartant les branches,
Cherchant avec nous des chemins ouverts.

Posant leurs pieds blancs sur les feuilles sèches,
Elles font tinter autour de leurs cous
Et sur leurs beaux seins, doux comme les pêches,
L’or et l’argent fins, sonores bijoux.
Ainsi nous marchons dans les forêts fraîches.

Voici l’aube. Allons! Assez de sommeil!
N’attendons pas ceux qui sont lents à suivre,
Voici que le jour s’est levé vermeil.
Nous vaincrons les nains d’ébène ou de cuivre
Dans les beaux pays chauffés du soleil.

Et les nains, sachant nos coeurs indomptables,
Seront conducteurs et graisseurs tremblants
De nos chariots, nettoyeurs d’étables,
Pour garder vos doigts rosés, vos bras blancs
Filles de sang pur, aux yeux désirables.

Aux peuples soumis, à terre ployés
Les soins du labour et du pâturage,
Nous sur les hauteurs et dans les halliers
Consultant le vent, les bruits du feuillage,
Combattons les loups et les sangliers.

Laissons les troupeaux brouter dans la plaine.
Ne tuez jamais les douces brebis,
Car nous leur prenons le lait et la laine.
La vache offre aussi le lait de ses pis.
Réjouissons-nous quand la vache est pleine.

Le lait rend joyeux les roses enfants
Qui font oublier la pensée amère.
Du lait nous faisons les fromages blancs,
Piquants, bons avec le vin et la bière.
Ne tuez jamais la vache aux beaux flancs.

Les boeufs mugissants ont la lente allure
Qui laisse dormir dans les chariots
Nos enfants, parmi la chaude fourrure.
Respectez les boeufs, aussi les taureaux
Fécondeurs jaloux, puissants d’encolure.

Le soir nous rentrons de la chasse, fiers
Du gibier conquis. Le chevreuil, le lièvre,
Le sanglier noir, odorantes chairs
Et les tourdes gras, nourris de genièvre
Rôtissent, fumants, devant les feux clairs.

Les femmes alors nous montrent contentes
La laine et le lin qu’elles ont filés,
Pendant que jouaient, à l’ombre des tentes,
Les enfants bruyants, aux yeux éveillés
Sous le buisson roux des boucles flottantes.

Aux repas du soir, avant le repos,
Alors que sont cuits les lièvres, les tourdes,
Quand la bière d’or mousse dans les pots,
Quand le vin vermeil sonne dans les gourdes,
On chante les faits des anciens héros.

La lueur des feux, les rayons de lune
Éclairent, la nuit, vos souples contours,
Filles de sang pur. Ô vous, que chacune
A chacun de nous donne ses amours,
Et livre son corps blanc, dans la nuit brune.

Il fait mal celui qui, loin des amis
Se glisse, oublieux de nos lois hautaines,
Sous les chariots où sont endormis
Nos fils purs, et va, la nuit vers les naines
Filles sans beauté des peuples soumis.

De là, lis enfants mêlés, détestables,
Serviteurs mauvais de nos enfants purs,
Qui, multipliés ainsi que les sables
Feront révolter, dans les jours futurs,
Les peuples soumis, nettoyeurs d’étables.

Donc, il faut chasser les instincts troublants
Et laisser entre eux s’unir les esclaves,
Graisseurs des moyeux, piqueurs des boeufs lents,
Tandis que, le soir, nos filles suaves
S’enlacent à nous de leurs beaux bras blancs.

En route, à cheval, tribu souveraine,
Héros descendus des hauts pics neigeux;
Filles aux pieds blancs que chacun emmène!
Nous retrouverons les rires, les jeux,
Et l’amour ce soir; la halte est prochaine.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Ici nous entendons les anciennes paroles
    -------------------------------------------------

    Ici nous présentons le vaillant justicier
    Affrontant les seigneurs des régions souterraines ;
    Puissante est sa magie, on croit le supplicier
    Mais il renaît d’un fruit porteur de bonnes graines.

    Le coyote et le chat, le corbeau, la perruche
    Ont façonné, par jeu, quelques êtres humains ;
    Ils auraient bien pu faire un lézard, une autruche,
    Mais ce sont nos parents qui sortent de leurs mains.

    Tel est le document de notre antiquité ;
    On doit le faire apprendre aux enfants des écoles,
    Car nous ne laissons point le passé nous quitter,
    Nous avons souvenir des anciennes paroles.

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto