Poème 'Chemin creux' de ATOS

Chemin creux

ATOS

Je parle de chemin creux
d’une ligne qui coupe la parole des terres.
Je parle d’une plaie ouverte abandonnée par nos soleils,
d’une écriture absente ,
d’une file incessante pourchassée par des ombres.
Je parle de chemin creux
qui ouvre l’enterrement de nos promesses.
Un vide d’abondance
qui tranche les veines à l’Enfance du poème.
Au fil des mots forgés à l’artifice des chiffres
je parle de ces mains, de ces bras, de ces torses,
de ces cœurs, de ces lèvres, de ces regards
de ces hunes d’humains
qui portent mémoire, vies, espoirs,
comme ultimes semences du monde.

Je parle de ce qui s’ouvre et se déchire en nous
A cet instant qui refuse de voir
A ce moment qui déserte la Source
Je parle de graves chemins
qui transpercent les chairs de nos demains.
Je parle de chemin creux,
aride ravine,
profond, long et silencieux.

Demain,
Face à l’instant
à cet ad-Verbe dérivant
Face au moment
Qui pourra lire tout ce qui s’efface de nous ?

Je parle comme on partage l’eau et le pain
avec l’humain qui sait que du creux d’un chemin
renaît un jour le Chant d’une rivière. .

12.2021

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. c'est beau c'est du veau ?

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS