Poème 'Vers d’album' de Louis MÉNARD

Vers d’album

Louis MÉNARD

À Théodore de Banville.

Je déclare, soutiens, certifie et proclame
Envers et contre tous, maintenant et toujours,
Qu’il n’est pas d’être au monde heureux comme la femme.
Pour elle nos respects, nos égards, nos amours,
On la fête, on lui fait des jours d’or et de soie,
On la flatte, on l’encense, on l’adule, on la choie,

On lui parle à genoux, on lui cède le pas.
Que Monsieur se démène à la Bourse, à la Chambre,
Madame peut chanter, dormir, croiser les bras
Ou lire des romans de janvier à décembre.
Elle parle ? On écoute, on admire, on sourit,
Ses moindres mots sont pleins de finesse et d’esprit.

Autour d’elle, des flots d’adorateurs mystiques
Se pressent chaque jour, elle n’a qu’à choisir.
Et pour récompenser leurs ardeurs extatiques,
Ils ne demandent rien que l’idéal plaisir,
Ah grand Dieu, de baiser un gant de sa main blanche
Ou d’étreindre en valsant son frêle corps qui penche.

Elle résiste aux uns, on vante sa vertu.
Mais pour peu qu’elle cède à son premier caprice,
Ah ! sans doute elle avait bien longtemps combattu,
Pauvre âme ! Mais aussi, pour un tel sacrifice,
Que n’a-t-elle pas droit de réclamer de nous ?
Et notre temps perdu, morbleu, l’oubliez-vous ?

Un mot met à ses pieds l’homme choisi par elle ;
Jamais ni cruautés, ni délais, ni rigueurs.
Mais jusqu’au dernier jour il doit rester fidèle.
S’il desserre sa chaîne, elle s’écrie en pleurs
Que c’était bien assez de son mari, qui brise
Chaque jour à plaisir sa pauvre âme incomprise.

O vous qui préparez, législateurs pieux,
L’émancipation complète de la femme,
Soyez bénis ! Hâtez, s’il se peut, par vos vœux,
L’égalité, que nul plus que moi ne réclame,
Car il me tarde d’être inhumain, à mon tour,
Et d’avoir des rigueurs, si l’on méfait la cour.

Mais quand vous lui direz d’accepter, en échange
De son inviolable et douce royauté
Les charges du travail et de l’égalité,
Et d’être un homme, au lieu d’une fleur ou d’un ange,
Alors, réformateurs vertueux et profonds,
Qui vous dit que la femme acceptera vos dons ?

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Louis MÉNARD

Portait de Louis MÉNARD

Louis-Nicolas Ménard, né à Paris le 19 octobre 1822 et mort à Paris le 9 février 1901, est un écrivain et poète français. Condisciple de Baudelaire au lycée Louis-le-Grand, il entra ensuite à l’École normale. Peu après avoir publié en 1843 un ouvrage intitulé « Prométhée délivré » sous le... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto