Poème 'Colocution' de ATOS

Colocution

ATOS

Garde le silence, je n’en ai plus besoin!
Tu lui trouveras bien une place
A côté de ta langue,
Au fond de ta poche.

Ainsi ton temps te reste tout entier!
Tu pourras le dépenser sans compter.
Tu n’auras plus besoin de le partager.

Tes idées bien arrêtées te serviront de repose pieds.
Tu me lisais à livre ouvert à ta page personnelle
Prends bien garde à la gouttière,
Le signet risquerait de se miter.

Sache que je ne m’en mordrai pas les doigts
Vu qu’ils sont fourrés dans mon oeil
A la place du compas que j’avais pris soin de planter.

De ma vie chicorée, tu en avais ras le bol,
Alors t’as traité ça en deux coups de cuillères à pot!
Tu as bien fait tout ton beurre!
Moi, j’ai bu le bouillon de onze heures…

Il était moins une,
Nous y voilà en moins de deux…
Le problème devait se poser.

Tu vois, Midi est toujours à ta porte!
Moi j’ai encore perdu le Nord.
Je vais devoir m’aventurer.
Tu étais le centre de ma gravité.
La rose des sables est enterrée.

Les saisons sont des tristes en fer
Petite pierre qui mousse
n’aura jamais le bonheur à ses trousses.
Ta bouche est une pêche blanche.
C’est encore à ce fruit que je souris.
Garde le silence, veux tu
Là où je vais, il est banni.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS