Poème 'L’art du médecin' de CathyVole

L’art du médecin

CathyVole

Dans son cabinet quelques objets simples
Pas plus que le minimum nécessaire
Une table et trois chaises d’une humilité sainte
Quelques livres et un cadre sur l’étagère

Quand vous vous asseyez il reste calme
En personne qui fait simplement son métier
Il vous écoute sans trop d’état d’âme
L’important pour lui est de bien discerner

Serait ce déjà sa simple présence
Quelque chose en vous doucement s’apaise
Ici sont considérées vos souffrances
Sans préjugé expédié qui les biaise

Partant de cette anamnèse il reprend
Avec vous les problèmes sans toutefois
Les prendre d’emblée comme argent comptant:
Chez lui l’oeil autant que les mots font foi

Pas d’impasse sur les examens classiques
Il prend votre pouls et votre tension
Qui restent la base du diagnostic
D’un médecin consciencieux et sans prétention

L’addition n’est pas ce qui le motive
Ou en tous cas il n’en donne pas l’air
Il prend son temps et jamais ne se prive
De poser des questions pour voir plus clair

Si jamais le mystère de vos symptômes
Le dépasse, il reconnaîtra ses limites.
Il ne vous prescrira pas du Valium
Ou tout autre expédient pour faire vite

Son art n’est pas d’être autonome et fier
De savoir tout sur tout. C’est d’abord vous
Qu’il écoute et laisse à ses confrères
Le soin de lever ses zones de flou

Enfin, et surtout, il ne cède en rien
Aux incitations des labos voraces:
Catalogues de poudres de perlimpinpin
Se heurtent à son intégrité de glace

Pas plus qu’il ne vous guérira sur place,
Il ne prétendra être magicien
Il n’exerce pas son métier comme une farce
Car il vous aime trop, comme être humain

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS