Poème 'Dimanches (N’achevez pas…)' de Jules LAFORGUE dans 'Des Fleurs de bonne volonté'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Dimanches (N’achevez pas…)

Dimanches (N’achevez pas…)

Jules LAFORGUE
Recueil : "Des Fleurs de bonne volonté"

N’achevez pas la ritournelle,
En prêtant au piano vos ailes,
Ô mad’moiselle du premier.
Ça me rappelle I’Hippodrome,
Où cet air cinglait un pauvre homme
Déguisé en clown printanier.

Sa perruque arborait des roses,
Mais, en son masque de chlorose,
Le trèfle noir manquait de nez!
II jonglait avec des cœurs rouges
Mais sa valse trinquait aux bouges
Où se font les enfants mort-nés.

Et cette valse, ô mad’moiselle,
Vous dit Les Roland, Les dentelles
Du bal qui vous attend ce soir!….
- Ah! te pousser par tes épaules
Décolletées, vers de durs pôles
Où je connais un abattoir!

Là, là, je te ferai la honte!
Et je te demanderai compte
De ce corset cambrant tes reins,
De ta tournure et des frisures
Achalandant contre-nature
Ton front et ton arrière-train.

Je te crierai ; « Nous sommes frères!
« Alors, vêts-toi à ma manière,
« Ma manière ne trompe pas ;
« Et perds ce dandinement louche
« D’animal lesté de ses couches,
« Et galopons par les haras! »

Oh! vivre uniquement autochtones
Sur cette terre (où nous cantonne
Après tout notre être tel quel!)
Et sans préférer, l’âme aigrie,
Aux vers luisants de nos prairies
Les lucioles des prés du ciel;

Et sans plus sangloter aux heures
De lendemains, vers des demeures
Dont nous nous sacrons les élus.
Ah! que je vous dis, autochtones!
Tant la vie à terre elle est bonne
Quand on n’en demande pas plus.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Tout est calme, aujourd'hui, au coeur de Saint-Denis.
    Ici on fait la queue pour la demi-baguette,
    Et là, quatre vendeurs, en pause-cigarette ;
    A l'arrêt d'autobus, un pépère qui lit.

    La foule fait sa vie, nonchalante à-demi,
    Plus vive un petit peu quand l'autobus s'arrête.
    Au comptoir d'un café, un vieillard en goguette
    Partage une tournée avec quelques amis.

    On traîne au centre-ville, on fait passer le temps,
    Attendant sans savoir quelle chose on attend,
    Suivant les longs trottoirs comme on suit un rivage.

    On sort malgré la pluie, ou parce qu'il fait beau ;
    Revoir la basilique, admirer les tombeaux,
    Voir comment va chacun dans ce petit village.

  2. @Cochonfucius : Il faut proposer votre poème à l'office du tourisme !

  3. Tiens, bonne idée.

  4. Ma fois, ces écrits me plaisent à ce Cochonfusius...

  5. Pourquoi ais-je écris bêtement :"ma fois"? Reprenons : "ma foi".

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto