Poème 'Complainte des cloches' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Complainte des cloches

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Dimanche, à Liège.

Bin bam, bin bam,
Les cloches, les cloches,
Chansons en l’air, pauvres reproches !
Bin bam, bin bam,
Les cloches en Brabant !

Petits et gros, clochers en fête,
De l’hôpital à l’Évêché,
Dans ce bon ciel endimanché,
Se carillonnent, et s’entêtent,
À tue-tête ! à tue-tête !

Bons vitraux, saignez impuissants
Aux allégresses hosannahlles
Des orgues lâchant leurs pédales,
Les tuyaux bouchés par l’encens !
Car il descend ! Il descend !

Voici les lentes oriflammes
Où flottent la vierge et les saints !
Les cloches, leur battant des mains,
S’étourdissent en jeunes gammes
Hymniclames ! Hymniclames !

Va, globe aux studieux pourchas,
Où Dieu à peine encor s’épèle!
Bondis, Jérusalem nouvelle,
Vers les nuits grosses de rachats,
Où les lys ne filent pas !

Edens mûrs, Unique Bohême !
Nous, les beaux anges effrénés ;
Elles, les regards incarnés,
Pouvant nous chanter, sans blasphème :
Que je t’aime ! Pour moi-même !

Oui, les cloches viennent de loin !
Oui, oui, l’idéal les fit fondre
Pour rendre les gens hypocondres,
Vêtus de noir, tendant le poing
Vers un Témoin ! Un Témoin !

Ah ! Coeur-battant, cogne à tue-tête
Vers ce ciel niais endimanché !
Calme, à jaillir de ton clocher,
Et nous retombe à jamais BETE.
Quelle fête ! Quelle fête !

Bin bam, bin bam,
Les cloches ! Les cloches !
Chansons en l’air, pauvres reproches !
Bin bam, bin bam,
Les cloches en Brabant !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto