Poème 'Complainte de la Lune en province' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Complainte de la Lune en province

Complainte de la Lune en province

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Ah ! La belle pleine Lune,
Grosse comme une fortune !

La retraite sonne au loin,
Un passant, monsieur l’adjoint ;

Un clavecin joue en face,
Un chat traverse la place :

La province qui s’endort !
Plaquant un dernier accord,

Le piano clôt sa fenêtre.
Quelle heure peut-il bien être ?

Calme lune, quel exil !
Faut-il dire : ainsi soit-il ?

Lune, ô dilettante lune,
A tous les climats commune,

Tu vis hier le Missouri,
Et les remparts de Paris,

Les fiords bleus de la Norwège,
Les pôles, les mers, que sais-je ?

Lune heureuse ! Ainsi tu vois,
A cette heure, le convoi

De son voyage de noce !
Ils sont partis pour l’Écosse.

Quel panneau, si, cet hiver,
Elle eût pris au mot mes vers !

Lune, vagabonde lune,
Faisons cause et mœurs communes ?

Ô riches nuits ! Je me meurs,
La province dans le cœur !

Et la lune a, bonne vieille,
Du coton dans les oreilles.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Lune en banlieue
    ---------------------

    Piaf-Tonnerre, sous la lune,
    Rêve à d'immenses tribunes ;

    Des mots résonnent au loin,
    Que l'on entend plus ou moins.

    Un tardif autobus passe,
    Traversant le noir espace.

    Dans le grand clocher qui dort,
    Il règne un silence d'or.

    Un poète géomètre
    Contemple deux cents fenêtres.

    L'escargot met en péril
    La plantation de persil.

    Elle a blanchi, notre lune,
    Chaque rue de la commune.

    Piaf-Tonnerre, heureux dormeur,
    Rêve qu'il parle à des fleurs

    Dont la lune s'émerveille
    Et n'en croit pas ses oreilles.

Rédiger un commentaire

Jules LAFORGUE

Portait de Jules LAFORGUE

Jules Laforgue, né à Montevideo le 16 août 1860 et mort à Paris le 20 août 1887, est un poète du mouvement décadent français. Né dans une famille qui avait émigré en espérant faire fortune, il est le deuxième de onze enfants. À l’âge de dix ans, il est envoyé en France, dans la ville de Tarbes d’où est originaire... [Lire la suite]

© 2014 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto