Poème 'Autre complainte de l’orgue de barbarie' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Autre complainte de l’orgue de barbarie

Autre complainte de l’orgue de barbarie

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Prolixe et monocorde,
Le vent dolent des nuits
Rabâche ses ennuis,
Veut se pendre à la corde
Des puits ! et puis ?
Miséricorde !

-Voyons, qu’est-ce que je veux ?
Rien. Je suis-t-il malhûreux !

Oui, les phares aspergent
Les côtes en sanglots,
Mais les volets sont clos
Aux veilleuses des vierges,
Orgue au galop,
Larmes des cierges !

-Après ? Qu’est-ce qu’on y peut ?
-Rien. Je suis-t-il malhûreux !

Vous, fidèle madone,
Laissez ! Ai-je assisté,
Moi, votre puberté ?
Ô jours où Dieu tâtonne,
Passants d’été,
Pistes d’automne !

-Eh bien ! Aimerais-tu mieux…
-Rien. Je suis-t-il malhûreux !

Cultes, Littératures,
Yeux chauds, lointains ou gais,
Infinis au rabais,
Tout train-train, rien qui dure,
Oh ! à jamais
Des créatures !

-Ah ! ça qu’est-ce que je veux ?
-Rien. Je suis-t-il malhûreux !

Bagnes des pauvres bêtes,
Tarifs d’alléluias,
Mortes aux camélias,
Oh ! Lendemain de fête
Et paria,
Vrai, des planètes !

-Enfin ! Quels sont donc tes voeux ?
-Nuls. Je suis-t-il malhûreux !

La nuit monte, armistice
Des cités, des labours.
Mais il n’est pas, bon sourd,
En ton digne exercice,
De raison pour
Que tu finisses ?

-Bien sûr. C’est ce que je veux.
Ah ! Je suis-t-il malhûreux !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto