Poème 'Complainte du pauvre chevalier-errant' de Jules LAFORGUE dans 'Les Complaintes'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Jules LAFORGUE > Complainte du pauvre chevalier-errant

Complainte du pauvre chevalier-errant

Jules LAFORGUE
Recueil : "Les Complaintes"

Jupes des quinze ans, aurores de femmes,
Qui veut, enfin, des palais de mon âme ?
Perrons d’œillets blancs, escaliers de flamme,
Labyrinthes alanguis,
Edens qui
Sonneront sous vos pas reconnus, des airs reconquis.

Instincts-levants souriant par les fentes,
Méditations un doigt à la tempe,
Souvenirs clignotant comme des lampes,
Et, battant les corridors,
Vains essors,
Les dilettantismes chargés de colliers de remords.

Oui, sans bruit, vous écarterez mes branches,
Et verrez comme, à votre mine franche,
Viendront à vous mes biches les plus blanches,
Mes ibis sacrés, mes chats,
Et, rachats !
Ma Vipère de Lettres aux bien effaçables crachats.

Puis, frêle mise au monde ! ô Toute Fine,
Ô ma Tout-universelle orpheline,
Au fond de chapelles de mousseline
Pâle, ou jonquille à pois noirs,
Dans les soirs,
Feu-d’artificeront envers vous mes sens encensoirs !

Nous organiserons de ces parties !
Mes caresses, naïvement serties,
Mourront, de ta gorge aux vierges hosties,
Aux amandes de tes seins !
Ô tocsins,
Des coeurs dans le roulis des empilements de coussins.

Tu t’abandonnes au bon, moi j’abdique ;
Nous nous comblons de nos deux esthétiques ;
Tu condimentes mes piments mystiques,
J’assaisonne tes saisons ;
Nous blasons,
A force d’étapes sur nos collines, l’horizon !

Puis j’ai des tas d’éternelles histoires,
Ô mers, ô volières de ma mémoire !
Sans compter les passes évocatoires !
Et quand tu t’endormiras,
Dans les draps
D’un somme, je t’éventerai de lointains opéras.

Orage en deux cœurs, ou jets d’eau des siestes,
Tout sera bien, contre ou selon ton geste,
Afin qu’à peine un prétexte te reste
De froncer tes chers sourcils,
Ce souci:
«Ah ! Suis-je née, infiniment, pour vivre par ici ? »

-Mais j’ai beau parader, toutes s’en fichent !
Et je repars avec ma folle affiche,
Boniment incompris, piteux sandwiche:
Au Bon Chevalier-Errant,
Restaurant,
Hôtel meublé, Cabinets de lecture, prix courants.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. "Tu condimentes mes piments mystiques,
    J’assaisonne tes saisons ;
    Nous blasons,
    A force d’étapes sur nos collines, l’horizon !"

    Délicieux!

  2. Fantôme du chevaler inexistant
    -------------------

    À son inexistence on dit qu’il se soustrait ;
    Que son absence d’âme au gré des vents s’envole
    Et que son écuyer, vautré dans l’herbe folle,
    Remue à son propos des souvenirs abstraits.

    En rêve il nous redit ses lucides paroles
    Qui montrent la droiture à notre coeur distrait ;
    Mais comment ferons-nous pour brosser son portrait,
    Lui, de chevalerie le plus parfait symbole?

    Ainsi que des oiseaux trouvant vide leur nid,
    Nous déplorons qu’il soit parti dans l’infini,
    Lui, dont si dépouillé nous parut l’art de vivre.

    Normal, inexistant, lequel plus longtemps vit ?
    Les deux vont à la mort qui notre âme ravit,
    À laquelle, un beau jour, notre destin nous livre.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS