Poème 'Do, l’enfant, do…' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Do, l’enfant, do…

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

Buona vespre ! Dors : Ton bout de cierge…
On l’a posé là, puis on est parti.
Tu n’auras pas peur seul, pauvre petit ?…
C’est le chandelier de ton lit d’auberge.

Du fesse-cahier ne crains plus la verge,
Va !… De t’éveiller point n’est si hardi.

Buona sera ! Dors : Ton bout de cierge…

Est mort. – Il n’est plus, ici, de concierge :
Seuls, le vent du nord, le vent du midi
Viendront balancer un fil-de-la-Vierge.
Chut ! Pour les pieds-plats, ton sol est maudit.

– Buona notte ! Dors : Ton bout de cierge…

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS