Poème 'Pudentiane' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Pudentiane

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

Attouchez, sans toucher. On est dévotieuse,
Ni ne retient à son escient.
Mais On pâme d’horreur d’être : luxurieuse
De corps et de consentement !…

Et de chair… de cette oeuvre On est fort curieuse.
Sauf le vendredi – seulement :
Le confesseur est maigre… et l’extase pieuse
En fait : carême entièrement.

… Une autre se donne. – Ici l’On se damne –
C’est un tabernacle – ouvert – qu’on profane.
Bénitier où le serpent est caché !

Que l’Amour, ailleurs, comme un coq se chante…
CI-GÎT ! La pudeur-d’-attentat le hante…
C’est la Pomme (cuite) en fleur de pêché.

Rome. – 40 ans. – 15 août.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un serpent parle en langue d'homme
    Pour dire à Ève que la pomme
    Est pure, et qu'il faut la manger,
    Et que la chose est sans danger.

    Ève observe le fruit sur l'arbre ;
    Elle ne peut rester de marbre
    Et dit, d'une voix qui chavire :
    « Je suis votre conseil, Messire ».

Rédiger un commentaire

Tristan CORBIERE

Portait de Tristan CORBIERE

Édouard-Joachim Corbière, dit Tristan Corbière, né le 18 juillet 1845 au manoir de Coat-Congar à Morlaix (Finistère) et mort le 1er mars 1875 à Morlaix, est un poète français. Il est né de l’union d’Édouard Corbière et d’Angélique Aspasie Puyo que 33 ans séparent : à sa naissance, son père est âgé de... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto