Poème 'Paysage mauvais' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Paysage mauvais

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

Sables de vieux os – Le flot râle
Des glas : crevant bruit sur bruit…
– Palud pâle, où la lune avale
De gros vers, pour passer la nuit.

– Calme de peste, où la fièvre
Cuit… Le follet damné languit.
– Herbe puante où le lièvre
Est un sorcier poltron qui fuit.

– La Lavandière blanche étale
Des trépassés le linge sale,
Au soleil des loups… – Les crapauds,

Petits chantres mélancoliques
Empoisonnent de leurs coliques,
Les champignons, leurs escabeaux.

Marais de Guérande. – Avril.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Hérisson devenu vicomte
    -------------------------

    Portant couronne vicomtale,
    Il parcourt sa terre, sans bruit ;
    Sa pensée, que la lune avale,
    Éclaire une hivernale nuit.

    Il voit la sorcière amicale
    Dont la potion au chaudron cuit ;
    Il reçoit la lettre ducale
    Lui rappelant le temps qui fuit.

    Jamais sa fortune il n’étale,
    Ça serait des manières sales ;
    Ses coffres-forts sont des tombeaux.

    Vicomte un peu mélancolique,
    Il dicte ces vers bucoliques,
    Ayant pour trône un escabeau.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS