Poème 'Le Mousse' de Tristan CORBIERE dans 'Les Amours jaunes'

Le Mousse

Tristan CORBIERE
Recueil : "Les Amours jaunes"

Mousse : il est donc marin, ton père ?…
– Pêcheur. Perdu depuis longtemps.
En découchant d’avec ma mère,
Il a couché dans les brisants…

Maman lui garde au cimetière
Une tombe – et rien dedans. –
C’est moi son mari sur la terre,
Pour gagner du pain aux enfants.

Deux petits. – Alors, sur la plage,
Rien n’est revenu du naufrage ?…
– Son garde-pipe et son sabot…

La mère pleure, le dimanche,
Pour repos… Moi : j’ai ma revanche
Quand je serai grand – matelot ! –

Baie des Trépassés.

Poème préféré des membres

Nanouchkafab44 et Nanouchkafab44 ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Maîtres Étalons
    -----

    Un fier cheval était mon père,
    Sur ses quatre fers gambadant ;
    Je vaux autant que lui, j’espère,
    Car mon coeur est des plus ardents.

    Notre existence est sans mystère,
    Nous ne sommes point des forbans ;
    Le soleil brille sur nos terres,
    On n’y voit rien de perturbant.

    De ce que fut notre lignage,
    L’histoire garde un témoignage ;
    Nous sommes droits sur nos sabots.

    Les juments à la robe blanche
    S’en vont danser tous les dimanches ;
    Venez, vous trouverez ça beau.

Rédiger un commentaire

© 2021 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS