Poème 'Émile s’en est allé' de ATOS

Accueil > Les membres > Page de poésie de ATOS > Émile s’en est allé

Émile s’en est allé

ATOS

Émile s’en est allé.
Son ombre ne viendra plus lécher les vieilles murailles.
Sa main parcheminée ne refermera plus la grange aux secrets.

Ses silences n’accompagneront plus les nuits étoilées.
Ses pas ne le conduiront plus au village d’en bas.
Si seule, maintenant la vieille cheminée se meurt.
Si vide, maintenant, le jardin étouffe les roses qui pleurent.

Émile s’en est allé.
Ses volutes de fumée n’encenseront plus le vieux pommier.
Même le vieux colombier a clos ses volets.
Que sauront-ils de cette terre, ceux de la ville lorsqu’ils viendront ?
Que sauront-ils des souffrances de ces histoires passées ?
Sauront-ils, qu’en ce palais, ils se sont aimés ?

Mais il m’a donné le bonheur de l’avoir croisé.
Et lorsque le cœur trop lourd de ne rien espérer,
Je vais le retrouver à l’ombre du figuier,
Je me dis que rien n’a changé.
Et je souris à la lune.
J’écoute la nuit me raconter
Le voyage de cet ami qui a choisi de s’en aller.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS