Poème 'Un jour qu’il faisait nuit' de Robert DESNOS dans 'Langage cuit'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Robert DESNOS > Un jour qu’il faisait nuit

Un jour qu’il faisait nuit

Robert DESNOS
Recueil : "Langage cuit"

Un jour qu’il faisait nuit
Il s’envola au fond de la rivière.
Les pierres en bois d’ébène, les fils de fer en or et la croix sans branche.
Tout rien.
Je la hais d’amour comme tout un chacun.
Le mort respirait de grandes bouffées de vide.
Le compas traçait des carrés et des triangles à cinq côtés.
Après cela il descendit au grenier.
Les étoiles de midi resplendissaient.
Le chasseur revenait carnassière pleine de poissons
Sur la rive au milieu de la Seine.
Un ver de terre, marque le centre du cercle sur la circonférence.
En silence mes yeux prononcèrent un bruyant discours.
Alors nous avancions dans une allée déserte où se pressait la foule.
Quand la marche nous eut bien reposé
nous eûmes le courage de nous asseoir
puis au réveil nos yeux se fermèrent
et l’aube versa sur nous les réservoirs de la nuit.
La pluie nous sécha.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Bonjour
    Cool le poeme j'aime

  2. Insonore écho
    ---------------

    Robert nous fait sourire avec le jour nocturne,
    Le vol subaquatique et les pierres de bois,
    L'absence de longueur des branches de la croix,
    Les poumons pleins de vide et les étoiles diurnes.

    C'est une bonne pluie qui produit le séchage,
    Quand, du fait de l'éveil, les yeux se sont fermés,
    Reposés par l'effort de vivre inanimés
    Où d'apprendre au lombric le sens du balisage.

    Tout rien (s'il en restait) sous les plumes du lièvre ;
    Objets si familiers qu'ils nous sont inconnus :
    Car c'est de les vêtir que nous les faisons nus,
    Plongés dans le silence, une chanson aux lèvres.

  3. J'aime mais il et chelou

  4. Je kiff j'aime la poesie il a associé plein de mot contraire ce que l'on appelle un oximorr et c juste parfait dans sa poesie joyeusement triste

  5. Ne vous emballez pas, c’est une allégorie de la création poétique, le jeune poète transfigure le monde par une nouvelle façon de voir et d’écrire, touche du doigt l’absolu poétique, mais échoue finalement dans sa quête et se confronte alors à l’entrée dans la réalité de l’âge adulte. Cela résume la courte carrière poétique de Rimbaud jusqu’à l’abandon précoce de l’écriture en laquelle il ne croit plus, c’est très autobiographique, comme la plupart de ses oeuvres.

  6. Insonore écho PdP 15-4-14
    --------------------

    Robert nous fait sourire avec le jour nocturne,
    Le vol subaquatique et les pierres de bois,
    L’absence de longueur des branches de la croix,
    Les poumons pleins de vide et les étoiles diurnes.

    C’est une bonne pluie qui produit le séchage,
    Quand, du fait de l’éveil, les yeux se sont fermés,
    Reposés par l’effort de vivre inanimés
    Où d’apprendre au lombric le sens du balisage.

    Tout rien (s’il en restait) sous les plumes du lièvre ;
    Objets si familiers qu’ils nous sont inconnus :
    Car c’est de les vêtir que nous les faisons nus,
    Plongés dans le silence, une chanson aux lèvres.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS