Poème 'Épilogue – À mes sonnets' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Épilogue – À mes sonnets

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Pauvres petits oiseaux que le caprice enlève
Aux paisibles abris de vos taillis secrets,
Vous allez demander aux regards indiscrets
Un peu de cet éclat que toute enfance rêve.

Pauvres petits oiseaux, sur vos humbles attraits
Vous voulez, dites-vous, que l’aurore se lève…
Mais dans les pleurs souvent un beau songe s’achève,
Et la gloire a coûté bien des cuisants regrets.

N’importe ! ouvrez au vent vos ailes frémissantes.
Bravez, petits oiseaux, nos saisons menaçantes :
La tempête a toujours son lendemain vermeil ;

La pelouse a des tons plus verts après l’averse ;
Et l’azur vif où nul nuage ne se berce
Ne sait pas refléter les rayons du soleil.

(1879)

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS