Poème 'Epoque perpétuelle' de Charles CROS dans 'Le collier de griffes'

Epoque perpétuelle

Charles CROS
Recueil : "Le collier de griffes"

Inscriptions cunéiformes,
Vous conteniez la vérité ;
On se promenait sous des ormes,
En riant aux parfums d’été ;

Sardanapale avait d’énormes
Richesses, un peuple dompté,
Des femmes aux plus belles formes,
Et son empire est emporté !

Emporté par le vent vulgaire
Qu’amenaient pourvoyeurs, marchands,
Pour trouver de l’or à la guerre.

La gloire en or ne dure guère ;
Le poète sème des chants
Qui renaîtront toujours sur terre.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Dans les cieux
    ---------------------

    Au ciel d'argent, les anges dorment,
    Sauf un qui reste à méditer,
    Perché sur une branche d'orme
    Tout le printemps, et tout l'été.

    Au ciel d'azur, le jour se forme ;
    Les licornes l'ont invité,
    Ça nous fait un plaisir énorme
    De découvrir tant de beauté.

    Au ciel d'or, un démon vulgaire
    Se prépare à partir en guerre ;
    Il incline son front méchant.

    Rien de nouveau dans les trois sphères ;
    Ils ont l'art de ne pas s'en faire,
    Ces anges dont j'entends les chants.

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto