Poème 'Été' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

Été

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

On dit à ce cruel Été,
Qui tanne la peau des gorilles:
Tu nous endors, comme un Léthé;
Puis tu nous cuis et tu nous grilles.

Nous vivons, grâce à ton aplomb
Comme la colombe et les ânes,
Sous une calotte de plomb
Qui fond les cerveaux dans les crânes.

Été cruel, chacun se tut
Devant ton affreux monopole;
Car on sent, comme à l’Institut,
L’étouffement d’une coupole.

Pourquoi remplir nos vastes cieux
De ton caprice et de tes rages?
Quel appareil prétentieux
De fournaise et de faux orages!

Ces orages, que tu prends soin
De balayer avec ta robe,
Filent, et puis s’en vont très loin,
Comme un caissier qui se dérobe.

Effarouchant les astres bleus
Effarés dans leur vol magique,
On ne sait jamais si tu pleus
Ou non. Rouge Été, sois logique.

Écoute-nous, dans tes donjons!
Nous voulons, moyennant des sommes,
Savoir si c’est nous qui mangeons
Les biftecks, ou si nous les sommes.

Or, le féroce Été répond:
Homme, instruit jadis par la Muse,
La foire n’est pas sur le pont.
Je suis un roi. Le roi s’amuse.

Avant de manger les cerneaux,
Comme il est bon que l’homme souffre,
J’ai repris dans mes arsenaux
L’ouragan, la pluie et le soufre.

J’étale ainsi mon gai savoir
Et je sais égayer ma rate;
Et je ris, lorsque après avoir
Balancé, mon dénoûment rate.

Comme en un désert libyen,
J’ai tari les mourantes sources.
Mais que voulez-vous? il faut bien
Que l’on connaisse mes ressources.

Mon sourcil, quand je le fronçais,
A fait gémir la terre noire.
Comme Claretie aux Français,
Je reprends mon vieux répertoire.

Accrochant l’éther sur mes pas,
Je ne tonne pas, et je tonne.
Puis je pleus, et je ne pleus pas.
Voilà donc ce qui vous étonne?

Je fleuris la rose et le lys.
Je sais charmer autant que nuire;
Je fais un Alger de Senlis
Et, j’en conviens, j’aime à vous cuire.

Cependant on doit m’héberger!
Tout cela n’est pas une pose.
Je le fais pour monsieur Berger
Et pour monsieur Alphand. — J’expose!

23 juillet 1889.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto