Poème 'Exeat' de Théodore de BANVILLE dans 'Sonnailles et Clochettes'

Exeat

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Sonnailles et Clochettes"

Le vieil Hiver aux pieds lourds
Est bien loin, s’il court toujours
En portant sa chaufferette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Sans peur de son rire amer,
Il fait bon près de la mer
Fumer une cigarette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Vous entendrez, ingénus
Les petits Désirs tout nus
Baiser votre collerette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Puis vous irez sous le flot,
Qui chante avec un sanglot,
Mais qui sait conter fleurette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Car le grand infini bleu
Embrase du même feu
La reine et la bergerette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Oui, peut-être, on le pressent,
Une écume, vous pressant,
Vous parlera d’amourette.
Allez-vous-en, Turlurette.

Mais, pareille aux floraisons,
Vous conterez vos raisons
A cette vague indiscrète.
Allez-vous-en, Turlurette.

23 juin 1888.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS