Poème 'Far-niente' de Théophile GAUTIER dans 'Premières poésies'

Far-niente

Théophile GAUTIER
Recueil : "Premières poésies"

Quant à son temps bien le sut disposer :
Deux parts en fit, dont il souloit passer
L’une à dormir et l’autre à ne rien faire.

JEAN DE LA FONTAINE.

Quand je n’ai rien à faire, et qu’à peine un nuage
Dans les champs bleus du ciel, flocon de laine, nage,
J’aime à m’écouter vivre, et, libre de soucis,
Loin des chemins poudreux, à demeurer assis
Sur un moelleux tapis de fougère et de mousse,
Au bord des bois touffus où la chaleur s’émousse.
Là, pour tuer le temps, j’observe la fourmi
Qui, pensant au retour de l’hiver ennemi,
Pour son grenier dérobe un grain d’orge à la gerbe,
Le puceron qui grimpe et se pende au brin d’herbe,
La chenille traînant ses anneaux veloutés,
La limace baveuse aux sillons argentés,
Et le frais papillon qui de fleurs en fleurs vole.
Ensuite je regarde, amusement frivole,
La lumière brisant dans chacun de mes cils,
Palissade opposée à ses rayons subtils,
Les sept couleurs du prisme, ou le duvet qui flotte
En l’air, comme sur l’onde un vaisseau sans pilote ;

Et lorsque je suis las je me laisse endormir,
Au murmure de l’eau qu’un caillou fait gémir,
Ou j’écoute chanter près de moi la fauvette,
Et là-haut dans l’azur gazouiller l’alouette.

Poème préféré des membres

ATOS et angelthierry ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. Plaisir de ne rien faire au soleil du matin,
    Quand l'astre dans le ciel poursuit sa course lente
    Jusqu'à rendre à midi l'atmosphère brûlante,
    Et moi je suis à l'ombre, avec un verre en main.
    *
    Laissez-moi végéter au coeur de cette friche,
    Je n'aime jamais rien de ce qu'aiment les riches.
    Je bois du vin, j'écris, je médite et je dors.
    *
    Un soir je m'éteindrai, c'est la suprême ivresse.
    Nul ne m'accusera d'avoir trop de sagesse,
    J'en avais juste assez pour accueillir la mort.

Rédiger un commentaire

Théophile GAUTIER

Portait de Théophile GAUTIER

Pierre Jules Théophile Gautier est un poète, romancier, peintre et critique d’art français, né à Tarbes le 30 août 1811 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 octobre 1872 à 61 ans. Né à Tarbes le 30 août 1811, le tout jeune Théophile garde longtemps « le souvenir des montagnes bleues ». Il a trois ans lorsque sa famille... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto