Poème 'Fiat voluntas' de Louis-Honoré FRÉCHETTE dans 'Les Oiseaux de neige'

Fiat voluntas

Louis-Honoré FRÉCHETTE
Recueil : "Les Oiseaux de neige"

Vous me l’aviez donné, vous me l’avez ôté,
Mon cher petit trésor, mon amour blond et rose.
Lui qui, d’un seul sourire, en mes jours de névrose,
Ramenait à mon front le calme et la gaîté.

Vous me l’avez ôté, Seigneur ; et quand j’arrose
De mes pleurs le berceau vide qu’il a quitté,
Je sens que le bonheur et la sérénité
Ont aussi déserté mon pauvre cœur morose.

Mon chérubin chéri, mon doux bébé mignon,
De mes vieux ans futur et dernier compagnon,
Vous me l’aviez donné dans un beau jour de fête.

Un seul de ses regards était pour moi sans prix :
Pourquoi donc en mes bras l’avoir si tôt repris ?…
Et pourtant, ô mon Dieu, ta volonté soit faite !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS