Poème 'Fugue de mort' de Paul CELAN dans 'Pavot et mémoire'

Fugue de mort

Paul CELAN
Recueil : "Pavot et mémoire"

Lait noir du petit matin nous le buvons au soir
Nous le buvons au midi et au matin nous le buvons à la nuit
Nous buvons et buvons
À la pelle nous creusons une tombe dans les airs là on gît non serré
Un homme habite dans la maison celui-ci joue avec les serpents celui-ci écrit
Celui-ci écrit quand vers l’Allemagne le noir tombe tes cheveux d’or Margarete
Il écrit cela et marche au-dehors et les étoiles fulgurent Il siffle ses molosses
Il siffle pour faire sortir ses juifs les laissant à la pelle creuser une tombe dans la terre
Il nous commande jouez jusqu’à la danse

Lait noir du petit matin nous te buvons à la nuit
Nous te buvons au matin au midi nous te buvons au soir
Et buvons et buvons
Un homme habite dans la maison celui-ci joue avec les serpents celui-ci écrit
Celui-ci écrit quand vers l’Allemagne le noir tombe tes cheveux d’or Margarete
Tes cheveux de cendre Sulamit à la pelle nous creusons une tombe dans les airs là on gît non serré

Il crie enfoncez vos pelles plus profond dans la croûte de la terre vous autres chantez et jouez
Il se saisit du fer à sa ceinture il l’agite ; ses yeux sont bleus
Vous là enfoncez plus les bêches vous autres jouez encore jusqu’à la danse

Lait noir du petit matin nous te buvons à la nuit
Nous te buvons au midi et au matin nous te buvons au soir
Nous buvons et buvons
Un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete
tes cheveux de cendre Sulamit il joue avec les serpents
il crie jouez plus douce la mort
la mort est un maître venu d’Allemagne
il crie plus sombres les violons et alors vous monterez en fumée dans l’air
alors vous aurez une tombe dans les nuages où l’on gît non serré

Lait noir du petit matin nous te buvons à la nuit
Nous te buvons au midi la mort est un maître venu d’Allemagne
Nous te buvons au soir et au matin nous buvons et buvons
la mort est un maître venu d’Allemagne ses yeux sont bleus
Il t’atteint avec une balle de plomb il ne te rate pas
Un homme habite la maison tes cheveux d’or Margarete
Il jette ses molosses contre nous il nous offre une tombe dans l’air
Il joue avec les serpents et rêve la mort est un maître venu d’Allemagne
Tes cheveux d’or Margarete
Tes cheveux de cendre Sulamit

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS