Poème 'Le temps qui passe' de guillaumePrevel

Le temps qui passe

guillaumePrevel

Près de la vigoureuse Seine
Où est né le sang de mes veines

L’aube avait tracé au sillon d’or mon chemin
Je me levais souvent tôt le matin

Bien avant le lever du jour
Pour vivre ma vie folle au goût de l’amour

L’été m’enivrait d’agréables harmonies
Quand j’entendais au loin de déchirantes agonies

Je vivais égoïstement de langoureux printemps
Prisonniers d’amoureuses aux yeux ensorcelants

Et j’oubliais la fugacité des jours qui s’écoulent
Comme un bruit monotone de houle

Puis, avançant en âge trop vite
J’ai compris toutes les étapes qui me furent interdites

Alors j’ai ressenti violemment les jours où l’on souffre
Les yeux hagards, le cœur vide comme un gouffre

Et j’ai vu mon visage dans le miroir
Il était usé sous la lumière blafarde, c’était un soir

Mes traits n’étaient plus ceux d’un adolescent
Et les vents de l’automne annonçaient ceux de l’hiver menaçant.

30 Mars 2019

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS