Poème 'Hermione et les bergers' de Albert SAMAIN dans 'Aux flancs du vase'

Hermione et les bergers

Albert SAMAIN
Recueil : "Aux flancs du vase"

Palès fait gazouiller la flûte sous ses doigts,
Mélène sous sa lèvre anime le hautbois,
Et chacun à son tour que la lutte stimule
Module un chant qui monte au fond du crépuscule ;
Hermione aux longs yeux de longs cils ombragés,
Un doigt contre sa joue, écoute les bergers.
Hermione est au seuil de la quinzième année ;
Son âme douce est comme une fleur inclinée.
La Pitié l’a baisée au cœur dans son berceau,
Et toujours dans ses bras elle porte un agneau.
La nuit tombe… A cette heure, abandonnant la lutte,
Le hautbois lentement se marie à la flûte.
Dans le soir qui s’étoile un chant s’élève alors
Si poignant et si tendre en ses simples accords
Qu’il semble soupirer la tristesse éternelle
De tout ce que la terre a de plus doux en elle !
Et la vierge aux longs cils sous l’extase étouffant
Sent comme un poids trop lourd briser son cœur d’enfant.
Un mystère autour d’elle a transformé les choses,
Doux comme un flot de lune en été sur des roses.
Immobile, le sein gonflé d’un long soupir,
Jusqu’au fond de son être elle se sent mourir,
Et laisse sur sa joue, et sans qu’elle s’en doute,
Son âme en larmes d’or descendre goutte à goutte.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS