Poème 'Heures sereines' de Charles CROS dans 'Le coffret de santal'

Heures sereines

Charles CROS
Recueil : "Le coffret de santal"

A Victor Meunier

J’ai pénétré bien des mystères
Dont les humains sont ébahis:
Grimoires de tous les pays,
Etres et lois élémentaires.

Les mots morts, les nombres austères
Laissaient mes espoirs engourdis;
L’amour m’ouvrit ses paradis
Et l’étreinte de ses panthères.

Le pouvoir magique à mes mains
Se dérobe encore. Aux jasmins
Les chardons ont mêlé leurs haines.

Je n’en pleure pas ; car le Beau
Que je rêve, avant le tombeau,
M’aura fait des heures sereines.

Poème préféré des membres

SoulyneMacAdam a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. L’intérieur du reflet
    -----------------------

    Le miroir reflète un mystère,
    Le monarque en reste ébahi :
    Lui qui règne sur des pays
    Craint ce prodige élémentaire.

    Le miroir montre un monde austère
    Où les vivants sont engourdis ;
    On n’y voit pas le paradis,
    Mais pourtant c’est une autre Terre.

    Le cadre qu’on tient d’une main
    Contient l’infini des chemins,
    Un peu d’amour, un peu de haine,

    Plusieurs renards, quelques corbeaux,
    Des chapelles et des tombeaux,
    Une mer, avec des sirènes.

Rédiger un commentaire

Charles CROS

Portait de Charles CROS

Charles Cros, né à Fabrezan (Aude) le 1er octobre 1842, originaire d’une famille de Lagrasse (Aude) et mort à Paris le 9 août 1888, est un poète et inventeur français. Passionné de littérature et de sciences, il fut un temps, de 1860 à 1863, professeur de chimie à l’Institut parisien des Sourds-Muets, avant de se... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto