Poème 'Le Baiser (IV)' de Germain NOUVEAU dans 'Valentines'

Le Baiser (IV)

Germain NOUVEAU
Recueil : "Valentines"

Le Baiser de ton rêve
Est celui de l’Amour !
Le jour, le jour se lève,
Clairons, voici le jour !

Le Baiser de mon rêve
Est celui de l’Amour !
Enfin, le jour se lève !
Clairons, voici le jour !

La caresse royale
Est celle de l’Amour.
Battez la générale,
Battez, battez, tambour !

Car l’Amour est horrible
Au gouffre de son jour !
Pour le tir à la cible
Battez, battez, tambour.

Sa caresse est féline
Comme le point du jour :
Pour gravir la colline
Battez, battez, tambour !

Sa caresse est câline
Comme le flot du jour :
Pour gravir la colline,
Battez, battez, tambour.

Sa caresse est énorme
Comme l’éclat du jour :
Pour les rangs que l’on forme,
Battez, battez, tambour !

Sa caresse vous touche
Comme l’onde et le feu ;
Pour tirer la cartouche,
Battez, battez un peu.

Son Baiser vous enlace
Comme l’onde et le feu :
Pour charger la culasse,
Battez, battez un peu.

Sa Caresse se joue
Comme l’onde et le feu :
Tambour, pour mettre en joue,
Battez, battez un peu.

Sa caresse est terrible
Comme l’onde et le feu :
Pour le cœur trop sensible
Battez, battez un peu.

Sa caresse est horrible,
Comme l’onde et le feu :
Pour ajuster la cible,
Restez, battez un peu.

Cette Caresse efface
Tout, sacré nom de Dieu !
Pour viser bien en face,
Battez, battez un peu.

Son approche vous glace
Comme ses feux passés :
Pour viser bien en face
Cessez.

Car l’Amour est plus belle
Que son plus bel amour :
Battez pour la gamelle,
Battez, battez tambour,

Toute horriblement belle
Au milieu de sa cour :
Sonnez la boute-selle,
Trompettes de l’Amour !

L’arme la plus habile
Est celle de l’Amour :
Pour ma belle, à la ville,
Battez, battez tambour !

Car elle est moins cruelle
Que la clarté du jour :
Sonnez la boute-selle,
Trompettes de l’Amour !

L’amour est plus docile
Que son plus tendre amour :
Pour ma belle, à la ville,
Battez, battez tambour.

Elle est plus difficile
À plier que le jour :
Pour la mauvaise ville,
Battez, battez tambour.

Nul n’est plus difficile
À payer de retour :
Pour la guerre civile,
Battez, battez tambour.

Le Baiser le plus large
Est celui de l’Amour :
Pour l’amour et la charge,
Battez, battez tambour.

Le Baiser le plus tendre
Est celui de l’Amour,
Battez pour vous défendre,
Battez, battez tambour.

Le Baiser le plus chaste
Est celui de l’Amour :
Amis, la terre est vaste,
En avant, le tambour.

Le Baiser le plus grave
Est celui de l’Amour :
Battez, pour l’homme brave,
Battez, battez tambour.

Le Baiser qui se fâche
Est celui de l’Amour :
Battez pour l’homme lâche,
Battez, battez tambour.

Le Baiser le plus mâle
Est celui de l’Amour :
Pour le visage pâle
Battez, battez tambour.

La Caresse en colère
Est celle de l’Amour :
Car l’Amour, c’est la guerre,
Battez, battez tambour.

Le Baiser qu’on redoute
Est celui de l’Amour :
Pour écarter le doute,
Battez, battez tambour.

L’art de jouir ensemble
Est celui de l’Amour :
Or, mourir lui ressemble :
Battez, battez tambour.

L’art de mourir ensemble
Est celui de l’Amour :
Battez fort pour qui tremble,
Battez, battez tambour.

Le Baiser le plus calme
Est celui de l’Amour :
Car la paix, c’est sa palme,
Battez, battez tambour.

La souffrance, la pire,
Est d’être sans l’Amour :
Battez, pour qu’elle expire,
Battez, battez tambour.

Le Baiser qui délivre
Est celui de l’Amour :
Battez pour qui veut vivre,
Battez, battez tambour.

La Caresse éternelle
Est celle de l’Amour :
Battez, la mort est belle,
Battez, battez tambour.

La guerre est la plus large
Des portes de l’Amour :
Pour l’assaut et la charge,
Battez, battez tambour.

La porte la plus sainte
Est celle de la mort :
Pour étouffer la plainte
Battez, battez plus fort.

L’atteinte la moins grave
Est celle de la mort :
L’amour est au plus brave,
La Victoire… au plus fort !

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Germain NOUVEAU

Portait de Germain NOUVEAU

Germain Marie Bernard Nouveau, né le 31 juillet 1851 à Pourrières (Var) où il est mort le 4 avril 1920, est un poète français. Il est l’aîné des 4 enfants de Félicien Nouveau (1826-1884) et de Marie Silvy (1832-1858). Germain Nouveau perd sa mère alors qu’il n’a que sept ans. Il est élevé par son... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto