Poème 'Je vis sourdre d’un roc une vive fontaine' de Joachim DU BELLAY dans 'Les antiquités de Rome'

Accueil > Les poètes > Poèmes et biographie de Joachim DU BELLAY > Je vis sourdre d’un roc une vive fontaine

Je vis sourdre d’un roc une vive fontaine

Joachim DU BELLAY
Recueil : "Les antiquités de Rome"

Je vis sourdre d’un roc une vive fontaine,
Claire comme cristal aux rayons du soleil,
Et jaunissant au fond d’un sablon tout pareil
A celui que Pactol roule parmi la plaine.

Là semblait que nature et l’art eussent pris peine
D’assembler en un lieu tous les plaisirs de l’oeil :
Et là s’oyait un bruit incitant au sommeil,
De cent accords plus doux que ceux d’une sirène.

Les sièges et relais luisaient d’ivoire blanc,
Et cent nymphes autour se tenaient flanc à flanc,
Quand des monts plus prochains de faunes une suite

En effroyables cris sur le lieu s’assembla,
Qui de ses vilains pieds la belle onde troubla,
Mit les sièges par terre et les nymphes en fuite.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Le barde meurt de soif auprès de la fontaine,
    Puis il se désaltère aux rayons du soleil ;
    De l’eau, de la lumière, il trouve tout pareil,
    D’un plaisir inconnu son âme est soudain pleine.

    Entre lui et le monde il ne perçoit qu’à peine
    Une séparation; entre son sang vermeil
    Et ce qu’il vient de boire, entre veille et sommeil,
    Entre son propre chant et ceux de la sirène.

    De fines gouttes d’eau sur le pot de vin blanc
    Forment quelques ruisseaux qui en ornent les flancs,
    Transformant en joyau cette humble terre cuite...

    Un vent glacial se lève et nous chasse de là.
    Ce printemps dans l’automne a perdu son éclat,
    Cette étrange douceur a soudain pris la fuite.

Rédiger un commentaire

Joachim DU BELLAY

Portait de Joachim DU BELLAY

Joachim du Bellay est un poète français né vers 1522 à Liré en Anjou, et mort le 1er janvier 1560 à Paris. Sa rencontre avec Pierre de Ronsard fut à l’origine de la formation de la « Pléiade », groupe de poètes auquel Du Bellay donna son manifeste, « la Défense et illustration de la langue... [Lire la suite]

© 2016 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto