Poème 'Jours Glissants' de ATOS

Jours Glissants

ATOS

Perdre l’innocence de soi est un malheur.
Voir s’éloigner l’enfance de ce qui viendra
c’est perdre l’avance de son être.

Dire le hasard comme on en déplierai le mot,
le prononcer
comprendre qu’il passe sur une route
et le voir devenir
entre son peu et cette peau
le dernier témoin de soi.

Être jeté à l’inconscience d’un présent.

Marcher sous le retard du jour
comme une goutte sur la langue du soleil
Brûlant toujours d’espace
sous un espoir suffocant de renaître.

Se sentir
lourd

Se vouloir sourd

Être !
aveuglément libre peut être
jusqu’au dernier moment
dans un fossé glissant de jours.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS