Poème 'L’Alchimiste' de Paul-Jean TOULET dans 'Chansons'

L’Alchimiste

Paul-Jean TOULET
Recueil : "Chansons"

Satan, notre meg, a dit
Aux rupins embrassés des rombières :
 » Icicaille est le vrai paradis
 » Dont les sources nous désaltèrent.

 » La vallace couleur du ciel
 » Y lèche le long des allées
 » Le pavot chimérique et le bel
 » Iris, et les fleurs azalées.

 » La douleur, et sa soeur l’Amour,
 » La luxure aux chemises noires
 » Y préparent pour vous, loin du jour,
 » Leurs poisons les plus doux à boire.

 » Et tandis qu’aux portes de fer
 » Se heurte la jeune espérance,
 » Une harpe dessine dans l’air
 » Le contour secret du silence.  »

Ainsi (à voix basse) parla
Le sorcier subtil du Grand Oeuvre,
Et Lilith souriait, dont les bras
Sont plus frais que la peau des couleuvres.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Un jour je suis allé loin d'ici, chez Lilith
    Qui habitait, auprès d'un lumineux rivage,
    Dans un vaste palais de marbre et de granit
    Et j'étais tout ému d'aller lui rendre hommage.
    *
    La compagne d'Adam, heureuse de dîner
    Avec un être humain, demanda qu'on lui narre
    Le monde que jadis elle avait dominé :
    Comment vont les mortels ? Toujours aussi bizarres ?
    *
    Et moi, je ne savais quel exemple choisir,
    La gloire sarkozyenne ou l'ardeur villepine ?
    Les fils du père Adam débloquent à loisir,
    Ils sont loin de valoir leurs soeurs ou leurs copines.
    *
    Le serpent a choisi plutôt de tenter Eve
    Que Lilith, pourquoi donc ? Sans doute, il supposait
    Que Lilith n'aurait pas ruiné d'Adam le rêve
    En acceptant le noir péché qu'il proposait.

Rédiger un commentaire

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto