Poème 'La débauche' de Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

La débauche

Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

(extrait)

Bacchus ! qui vois notre débauche,
Par ton saint portrait que j’ébauche
En m’enluminant le museau
De ce trait que je bois sans eau ;
Par ta couronne de lierre,
Par la splendeur de ce grand verre,
Par ton thyrse tant redouté,
Par ton éternelle santé,
Par l’honneur de tes belles fêtes,
Par tes innombrables conquêtes,
Par les coups non donnés, mais bus,
Par tes glorieux attributs,
Par les hurlements des Ménades,
Par le haut goût des carbonnades,
Par tes couleurs blanc et clairet,
Par le plus fameux cabaret,
Par le doux chant de tes orgies,
Par l’éclat des trognes rougies,
Par table ouverte à tout venant,
Par les fins mors de ta cabale,
Par le tambour et la cymbale,
Par tes cloches qui sont des pots,
Par tes soupirs qui sont des rots,
Par tes hauts et sacrés mystères,
Par tes furieuses panthères,
Par ce lieu si frais et si doux,
Par ton bouc, paillard comme nous,
Par ta grosse garce Ariane,
Par le vieillard monté sur l’âne,
Par les satyres, tes cousins,
Par la fleur des plus beaux raisins,
Par ces bisques si renommées,
Par ces langues de boeuf fumées,
Par ce tabac, ton seul encens,
Par tous les plaisirs innocents,
Par ce jambon couvert d’épice,
Par ce long pendant de saucisse,
Par la majesté de ce broc,
Par masse, tope, cric et croc,
Par cette olive que je mange,
Par ce gai passeport d’orange,
Par ce vieux fromage pourri,
Bref par Gillot, ton favori,
Reçois-nous dans l’heureuse troupe,
Des francs chevaliers de la coupe,
Et, pour te montrer tout divin,
Ne la laisse jamais sans vin.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Danse des mots
    -----------------------

    Rimeur suis, fier de rimer,
    Ma plume ne sait chômer ;
    Chaque jour, je la convie
    À vous raconter ma vie.
    Dionysos plus qu'Apollon
    Me fournit en sanglots longs ;
    J'ai les plus sages des muses
    (Qui de mythes ne s'abusent)
    Et j'abreuve mon cheval
    De nectar, violent régal :
    C'est pourquoi la brave bête
    Danse comme aux jours de fête.

    Dieu du pampre, je t'invoque
    De ces mots sans équivoque :
    Par le langage des pierres,
    Par le seau qui sert de verre,
    Par les pluvians enchantés,
    Par le pelgrane envoûté,
    Par Saint Denis et sa tête,
    Par les lendemains de fête,
    Par les noirs corbeaux tordus,
    Par l'alligator fondu,
    Par le malheureux qui glisse
    Quand il offre des saucisses,
    Par les oncles des crapauds
    Retirés dans leur tripot,
    Par l'ivresse d'un archange,
    Par un bonhomme de fange,
    Par les troquets de Paris
    (Plusieurs sont mes favoris),
    Par les fiers buveurs en troupe,
    Par la bienheureuse coupe
    Et le charpentier divin
    Qui prend l'eau et fait du vin.

Rédiger un commentaire

Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

Portait de Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

Marc-Antoine Girard, sieur de Saint-Amant, né à Grand-Quevilly le 30 septembre 1594 et mort à Paris le 29 décembre 1661, est un poète libertin français. Fils d’un officier de marine, issu d’une famille de marchands protestants, Saint Amant, qui commanda pendant vingt-deux ans une escadre anglaise, n’apprit pas les langues... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto