Poème 'Sonnet inachevé' de Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

Sonnet inachevé

Marc-Antoine Girard de SAINT-AMANT

Fagoté plaisamment comme un vrai Simonnet,
Pied chaussé, l’autre nu, main au nez, l’autre en poche,
J’arpente un vieux grenier, portant sur ma caboche
Un coffin de Hollande en guise de bonnet.

Là, faisant quelquefois le saut du sansonnet
Et dandinant du cul comme un sonneur de cloche,
Je m’égueule de rire, écrivant d’une broche
En mots de Pathelin ce grotesque sonnet.

Mes esprits, à cheval sur ces coquecigrues,
Ainsi que papillons s’envolent dans les nues,
Y cherchant quelque fin qu’on ne puisse trouver.

Nargue ! C’est trop rêver, c’est trop ronger ses ongles
Si quelqu’un sait la rime, il peut bien l’achever.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Fournisseur de rimes
    ------------------------

    Saint-Amant me demande une rime pour « ongle » ;
    Je ne sais pont rimer, n'ayant jamais appris.
    Je réponds (nul lecteur ne s'en trouve surpris)
    « Ma muse avec la rime aucunement ne jongle ».

  2. La prof nous a donné ce devoir
    il fallait trouver la fin et reciter le dernier tercet
    quand ça été mon tour j'ai lu :

    ''Nargue ! C’est trop rêver, c’est trop ronger ses ongles
    Si quelqu’un sait la rime, il peut bien l’achever.
    Ben moi je l'ai trouvé, il faut aller sur google''

    La prof m'a regardé zarbi parce que j'étais sur
    que personne ne trouverait pareil que moi
    Sauf que Google quand il était vivant le poète ça existait pas
    elle m'a sorti -

    Alors Cochonfucius 'jongle' ça se trouve ça existait pas non plus !

  3. "Jongler" était "jogler" à son époque.

  4. Bon ok alors à l'époque google c'était quoi Cochonfucius ?:)

  5. C'était Monsieur Pic de la Mirandole (voir ce mot dans Google).

  6. Monsieur le Pic était un péripapéticien ça veut dire qu'il faisait le trottoir,
    c'était une tafiole ? déjà en ce temps là ?
    Cochonfucius, la maitresse elle va te mettre au fond de la classe comme moi :)

  7. C'était aussi un auteur de sonnets.

  8. c'est normal cochonfucius quand on vit plein de périples dans la rue
    on sonnétise - allé salut-

  9. Zi ma dande y rimait on l'abell'rait mon ongle...

    ... ah non, pas bon, il manque le "s" final, outre que l'élision du "e" non prononcé est hors-la-loi malherbienne. Retantons :

    Ma dande boint n'y rime, examinons mes ongles...
    Ma dande boint n'y rime, ou zerait te mes ongles...

  10. "À moins que son cheval n'ait la crainte des strongles".

  11. "Donc en ce vide on peut ploguer des tas de dongles..."
    "Ainsi ce vide on peut y ploguer divers dongles..."

  12. Mon dîner est servi...un soufflé de pétoncles !

  13. Pourquoi l'Essai sur ce poète Marc- Antoine Girard de Saint-Amant d'un auteur photographe résidant avec Dominique sa femme, au 8, de la rue de la Pie avec Williams Cordier de Rouen et non mentionné et auteur entre -autres livres de:

    "CONVERSATIONS AVEC..."des artistes peintres comme Tony Fritz-Vilars (Paris - 1910 Rouen 1986)

    et Léonard Bordes (Paris 1898 - Rouen 1969) sur qui j'ai un ouvrage inédit de 1968, intitulé "Léonard le corbeau"
    Ou le poète Raymond Canal (Alger 1914 - Rouen 1992) avec également un inédit comprenant son portrait à la plume auteur
    "La lumière oubliera ceux qui l'ont tant aimée" un beau titre qu'eut aimé un poète oublié comme Tancrède Martel admirateur de Barbey d'Aurevilly, (Fastueux connétables des lettres et sur qui, mon ami le romancier Roger Bésus de Rouen, sculpteur-bustier décédé et entterré au cimetière de Caen en 2004, est l'auteur d'un Essai sur Barbey d'Aurevilly)

    En espérant que vous n'avez pas oublié de le citer, au même titre que William Cordier photograhe attitré du peintre Léonard Bordes et de Tony Fritz-Vilars de Rouen figurant dans son grand livre de belles photos couleur sur ROUEN Au fil du regard"
    de Williams et Dominique CORDIER Editions Médianes) qui me l'ont dédié le 21.12.1989
    Et question qui était pour Saint -Amant ce conteur Desbarreaux ? Présent dans un poème de Tancrède cité par Gaston Guillot pour une édition de ses poèmes en 1925

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS