Poème 'La Madone aux Lys' de Renée VIVIEN dans 'La Vénus des aveugles'

La Madone aux Lys

Renée VIVIEN
Recueil : "La Vénus des aveugles"

J’ai bu, tel un poison, vos souffles éplorés,
Vos sanglots de parfums, lys fauves, lys tigrés !

Dédiez au matin votre rose sourire,
Lys du Japon, éclos aux pays de porphyre.

Ténèbres, répandez vos torpeurs d’opiums,
Vos sommeils de tombeaux sur les chastes arums.

Lys purs qui fleurissez les mystiques images,
Sanctifiez les pelouses et feuillages.

Lys de Jérusalem, lys noirs où la nuit dort,
Exhalez froidement vos souvenirs de mort.

Vastes lys des autels où l’orgue tonne et prie,
Brûlez dans la clarté des cierges de Marie.

Sollicitez l’avril, ses pipeaux et ses voix,
O muguets, lys de la vallée et des grands bois.

O lys d’eau, nymphéas des amantes maudites,
Anémones, lys roux des champs israélites,

Soyez la floraison des douleurs de jadis
Pour la vierge aux yeux faux que j’appelai mon Lys.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. D'un cauchemar éploré
    Tremble un pelgrane tigré ;

    Auprès de lui, mort de rire,
    Un pelgrane de porphyre ;

    Un pelgrane ivre d'opium
    Dort au fond de l'aquarium ;

    Un pelgrane un peu plus sage
    S'alimente de feuillage ;

    Un pelgrane noir s'endort
    Sur un tas de poissons morts ;

    Un pelgrane chrétien prie
    La douce vierge Marie ;

    Un pelgrane à forte voix
    Fait retentir les grands bois ;

    Un pelgrane sybarite
    Est maudit par Aphrodite.

    (J'avais cru voir des pelgranes,
    Mais ce ne sont que des ânes).

  2. Sagesse du lys
    ---------------

    Du lys la blanche âme s’élève,
    Âme qui surmonte la peur.
    Ce lys, dit-on, n’a pas de coeur,
    Car il existe dans un rêve.

    Il sait que sa vie sera brève,
    N’a cure des reflets trompeurs ;
    Car il sera le lys vainqueur
    Défilant au long de la grève.

    Or, ses fleurs tombent une à une
    Sur le reflet du firmament,
    Et tombent éternellement ;

    Leur songe étant fils du soleil
    Jamais ne trouve son éveil
    Dans l’eau du rêve ou dans la lune.

Rédiger un commentaire

Renée VIVIEN

Portait de Renée VIVIEN

Renée Vivien, née Pauline Mary Tarn le 11 juin 1877 à Londres et morte le 18 novembre 1909 à Paris, surnommée « Sapho 1900 », est une poétesse britannique de langue française du courant parnassien de la Belle Époque. Renée Vivien était la fille d’une mère américaine et d’un père britannique fortuné qui mourut en 1886,... [Lire la suite]

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS