Poème 'La porte de l’hiver' de Claudel

Accueil > Les membres > Page de poésie de Claudel > La porte de l’hiver

La porte de l’hiver

Claudel

Devant la porte de l’hiver,
Mon œil a vu dans la serrure
Les premiers flocons blancs d’une neige en parure.
Il faisait doux, c’était super !

J’ouvris le portail et entrai
Les deux pieds nus dans la poudreuse ;
Mon corps était clément, mon âme bienheureuse.
Là, un oiseau bleu chantait gai.

Un sizerin lui répondait
Sur une branche d’épinette
Jouant la redite telle une devinette.
Il neigeait doux, c’était parfait !

Je me couchai sur ce manteau
Blanc regardant le ciel ouaté
De magnificence d’un repos enchanté.
Ô ! Je dors ; fermez le rideau !

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / novembre 2018

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS