Poème 'Miguasha' de Claudel

Miguasha

Claudel

La marée de votre arôme
me monte au nez
je respire l’air salin
de votre beauté dévonienne

je sens une terre rouge

le vent salé de votre haleine marine
souffle sur mon beffroi
le grès de vos cheveux pourprés
rougeoie mes faisceaux

je vous sens telle une argile nouvelle

je jette des feux dans la baie des Chaleurs
pour vous réchauffer
je miroite sur votre terre gaspésienne
des fossiles oubliés

je me sens acadien

vous êtes mon anse
je suis votre havre
vous êtes ma figure de proue
je suis votre vaisseau

vous êtes ma belle étoile
je suis votre gardien
vous êtes ma falaise
je suis votre phare…

je suis le phare de Miguasha.

(Série : prose laurentienne)

Tous droits réservés © Claude Lachapelle / Février 2020

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2020 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS