Poème 'La Terre' de Théodore de BANVILLE dans 'Rondels'

La Terre

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rondels"

Soumets la Terre,
Les fleurs, les bois,
Lyre! à ta voix,
A ton mystère.

Que rien n’altère
Les saintes lois;
Soumets la Terre,
Les fleurs, les bois.

Dompte Cythère!
Charme à la fois
Le lys des rois
Et la panthère,
Soumets la Terre!

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Planète Pasternacandra
    ---------------

    Ce lointain corps céleste est une étrange Terre
    Avec des continents aux contours imprécis ;
    Tout leur savoir se trouve en de fumeux récits,
    Pas bien dignes de foi, d’ailleurs, ils n’y croient guère.

    Tu n’y trouveras point de caste militaire,
    Ni de durs argousins, ni de flics sans merci ;
    Eux, qui de s’enrichir n’ont jamais le souci,
    Sont sobrement nourris de sagesse précaire.

    Ils portent leur manteau dans les grandes chaleurs,
    Montrent dans leurs musées des objets sans valeur ;
    Quand ils deviennent vieux, leur main jamais ne tremble.

    La planète a des jours qui durent plusieurs mois ;
    Au soir de chacun d’eux surgissent des chamois
    Qui montent sur les toits pour y chanter ensemble.

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS