Poème 'La venelle' de ATOS

La venelle

ATOS

La venelleTu reprends ton souffle au coin d’une venelle,
Et les roses trémières consolent tes peines.
La douceur de cette île t’a rendu aux couleurs.
La chaleur de ce sable consume toute ta peur.
Les cliquetis des gréements rythment ta vie, à présent.
Et je me dois de me mettre en chemin
Pour te mettre sur mon cœur,
Toi ma sœur,
Pour retrouver ta main,
Toi, mon cœur.
Et lorsque je pose mon sac au bout de la jetée,
Je me dis qu’à tout chemin, il y a une fin.
Qu’à tout chagrin il y a un matin,
Un matin qui m’annonce que tout ira bien.
Et je te vois belle dans ton écrin de nacre,
Et je te veux forte en entre le vent et le ressac.
Pour qu’en quittant le bout de la jetée
Je sache que l’océan ne te fera jamais sombrer.
Pour que je vive mille fois ce moment,
Où dans tes bras je me suis retrouvée.
Et si je dois à nouveau me mettre en chemin
Garde moi sur ton cœur
Toi ma sœur
Pour te retrouver demain
Toi mon cœur
Tu reprends ta vie au coin d’une venelle
Et les roses trémières te protègent du soleil.

à ma sœur

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS