Poème 'L’Attente' de Rainer Maria RILKE

L’Attente

Rainer Maria RILKE

C’est la vie au ralenti,
c’est le cœur à rebours,
c’est une espérance et demie:
trop et trop peu à son tour.

C’est le train qui s’arrête en plein
chemin sans nulle station
et on entend le grillon
et on contemple en vain

penché à la portière,
d’un vent que l’on sent, agités
les prés fleuris, les prés
que l’arrêt rend imaginaires.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Effondrement d'une civilisation
    ----------------------

    Sa Majesté ralentie
    Semble marcher à rebours ;
    Ni l'Empire, ni sa vie
    Ne font frémir son coeur lourd.

    L'ennemi est dans la plaine ;
    La cour, en admiration
    Pour le chant d'un noir grillon,
    Ne fait que des choses vaines.

    Un temps pour tout, sur le Terre :
    Pour danser, pour s'agiter,
    Pour transpirer, pour chanter,
    Pour aller au cimetière.

  2. Locomotive exoplanétaire
    ------------------------

    Je progresse le long d’un tunnel plein de vide,
    Traînant des voyageurs en léger attirail ;
    Les uns sont rubiconds, les autres sont livides,
    Contemplant trois soleils que reflètent les rails.

    Au wagon-restaurant, personne n’est avide,
    Ils se rattraperont au caravansérail ;
    Quant à moi, j’obéis au chauffeur impavide
    Qui naquit dans une île aux récifs de corail.

    Le brave contrôleur vient de la lune rouge,
    Il reste au wagon-bar dont rarement il bouge ;
    Il s’en ira dormir quand sonnera minuit.

    Mes quarks chauffent un peu, mes neutrinos s’activent,
    Je t’invoque souvent, dieu des locomotives ;
    Mon coeur s’en satisfait, qui ne craint pas l’ennui.

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS