Poème 'L’Attente' de Rainer Maria RILKE

L’Attente

Rainer Maria RILKE

C’est la vie au ralenti,
c’est le cœur à rebours,
c’est une espérance et demie:
trop et trop peu à son tour.

C’est le train qui s’arrête en plein
chemin sans nulle station
et on entend le grillon
et on contemple en vain

penché à la portière,
d’un vent que l’on sent, agités
les prés fleuris, les prés
que l’arrêt rend imaginaires.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

  1. Effondrement d'une civilisation
    ----------------------

    Sa Majesté ralentie
    Semble marcher à rebours ;
    Ni l'Empire, ni sa vie
    Ne font frémir son coeur lourd.

    L'ennemi est dans la plaine ;
    La cour, en admiration
    Pour le chant d'un noir grillon,
    Ne fait que des choses vaines.

    Un temps pour tout, sur le Terre :
    Pour danser, pour s'agiter,
    Pour transpirer, pour chanter,
    Pour aller au cimetière.

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS