Poème 'Le feu crépite' de guillaumePrevel

Le feu crépite

guillaumePrevel

Le feu crépite dans la cheminée
Et souffle la chaleur sur mon visage
Au soir d’un clair de lune sage.
Le feu chante dans l’âtre illuminé

Aux braises et aux bois orangés
Noircis par les flammes danseuses
Qui s’élèvent en d’élancées valseuses
Au plus haut des cieux étrangers

Le feu crépite dans la cheminée
Et chante chaudement une musique
Qui ravive les cœurs minés

Par un long hiver enneigé
Et participe à la joie des Noëls angéliques
Dans la lumière vacillante et orangée.

Poème préféré des membres

TristanLuth et Jessica ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. J'ai toujours aimé le feu.
    Quel bel hommage tu lui fais !
    En espérant qu'il crépite encore longtemps...

  2. Merci,
    J'ai fait une bonne lecture, simple, comme toujours chez toi, mais efficace, si je puis dire.

    Cordialement,

    Le cathare

  3. Merci Le cathare de ta lecture c'est déjà un bel hommage pour moi!

  4. Merci tristan, j'adore le feu aussi c'est quelque chose de très étrange et de très reposant quand il s'éteint lentement....

  5. en quelle année il a eter ecrit

  6. pour Enis

    la réponse à votre question

    je l'ai écrit en 2011 en fin d année

  7. Poésie apprise par mon fils en CM1, vraiment très jolie ! Mais " Qui s'élèvent en d'élancées valseuses " est difficile à prononcer pour un enfant ;) Merci et bravo pour votre talent !!

  8. Merci Clo, je ne savais pas que mon poème était appris à l'école! j en éprouve de la fierté, j'espère que cela a plu à votre enfant! Pardon pour le " Qui s'élèvent en d'élancées valseuses ", j'avoue qu'en le relisant à voix haute c'est pas si simple!

  9. Merci Jessica de votre lecture! Au plaisir de vous lire...et soyez la bienvenue sur unjourunpoeme

Rédiger un commentaire

© 2019 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS