Poème 'Le Printemps' de Théodore de BANVILLE dans 'Dans la fournaise'

Le Printemps

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Dans la fournaise"

Sinistre Hiver avec tes farouches colères
Pars, va-t’en loin de nous parmi tes ours polaires!
Délivre-nous, vieillard, des fallacieux gants
De peau de chien ouatés et des noirs ouragans,
Et dans le blanc pays des glaces éternelles
Emmène les Pierrots et les Polichinelles.
Oui, voici l’heure. Il naît, le glorieux Printemps.
Il baise les cheveux dans la brise flottants
Et déroule, en soufflant dessus, les feuilles vertes.
Oiseaux, qui nous charmez de vos ailes ouvertes,
C’est un fait, il convient que vous l’ébruitiez:
Il va neiger bientôt sur les arbres fruitiers.
Nous les verrons, joyeux et quittant l’air morose,
Tachés d’un blanc céleste et vaguement, de rose;
Un frisson va courir sur les ruisseaux d’argent,
Doux comme le soupir d’une âme, et voltigeant
Dans l’air tiède, où Zéphir épris chante sa gamme,
Le Papillon va dire à la rose: Madame!
Dans les calèches au vol fier qu’emporteront
De fins chevaux ayant des rubans sur le front,
Nous pourrons admirer, sous les cieux tutélaires,
Nos Dames de Paris dans leurs toilettes claires.
Des amazones, groupe adorable et riant,
Jetteront sur la foule un coup d’oeil, en fuyant,
A certains cavaliers d’autres feront des signes
Et sur le flot du lac silencieux, les cygnes
De neige, en regardant folâtrer leurs poneys,
Folâtreront avec les canards japonais.
Il se pourra qu’on jase à la façon des merles.
Et comme s’il pleuvait des rubis et des perles,
On entendra partout des madrigaux fleuris.
Guy, très correct, louera la duchesse à Paris,
Tandis qu’aux champs, parlant d’une façon plus nette,
Lucas, plein de malice, embrassera Toinette.
Et sur l’étang glacé parmi les joncs dormant
Où la lune se mire et semble un diamant,
A de vagues chansons les amoureuses fées
Mêleront dans la nuit leurs plaintes étouffées.
O parfums envolés partout dans l’air subtil!
Azur des cieux légers et clairs! Printemps d’Avril!
Dans mon vieux Luxembourg, que j’adore et qui m’aime,
Les bleus myosotis foisonneront, et même
Sous l’Odéon, parmi tant de romans pervers
Fleuriront follement les volumes de vers.

Mardi, 2 avril 1889.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto