Poème 'Le Soir' de Théodore de BANVILLE dans 'Rondels'

Le Soir

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Rondels"

On cause, chez Victor Hugo,
Sans redouter nul pianiste.
Tout flûtiste ou violoniste
Est reçu là comme Iago.

Vînt-il de Siam ou du Congo,
Pas d’accueil pour le symphoniste;
On cause, chez Victor Hugo,
Sans redouter nul pianiste.

A d’autres La Reine Indigo,
Ce chef-d’oeuvre d’un harmoniste,
Même Le Petit Ébéniste,
Vous aussi Donna del Lago:
On cause, chez Victor Hugo.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

© 2018 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS