Poème 'L’Égalité des sexes' de Paul ÉLUARD dans 'Mourir de ne pas mourir'

L’Égalité des sexes

Paul ÉLUARD
Recueil : "Mourir de ne pas mourir"

Tes yeux sont revenus d’un pays arbitraire
Où nul n’a jamais su ce que c’est qu’un regard
Ni connu la beauté des yeux, beauté des pierres,
Celle des gouttes d’eau, des perles en placards,

Des pierres nues et sans squelette, ô ma statue.
Le soleil aveuglant te tient lieu de miroir
Et s’il semble obéir aux puissance du soir
C’est que ma tête est close, ô statue abattue

Par mon amour et par mes ruses de sauvage.
Mon désir immobile est ton dernier soutien
Et je t’emporte sans bataille, ô mon image,
Rompue à ma faiblesse et prise dans mes liens.

Poème préféré des membres

baudelaire et laperra ont ajouté ce poème parmi leurs favoris.

Commentaires

  1. ce poème parle-t-il vraiment d'égalité de sexes ou c'est de l'ironie ?

  2. Svp le présuppose de ma statue abbatue

  3. Je veux les hypothèses de sens du poème ( Égalité de sexe) de Paul Eluard

  4. Idée générale

  5. L' égalité des sexes

  6. Je veux plan de cet extrait

  7. Je veux le plan de cet extrait svp

  8. Hypothèse de sens dans le poème l’égalité de genre

Rédiger un commentaire

© 2022 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS