Poème 'Les Baisers' de Théodore de BANVILLE dans 'Améthystes'

Les Baisers

Théodore de BANVILLE
Recueil : "Améthystes"

Plus de fois, dans tes bras charmants
Captif, j’ai béni mes prisons,
Que le ciel n’a de diamants ;
Et pour tes noires trahisons
J’ai versé plus de pleurs amers
Que n’en tient le gouffre des mers.

Mes chants ailés, je te les dois !
Plus haineuse que les bourreaux,
Mon cœur a saigné sous tes doigts ;
Mais que de fois, comme un héros
Qui vient de voler son trésor,
J’ai dormi sur tes cheveux d’or !

Tu m’as versé le vin du ciel !
Et mes maux seront pardonnés
A ton désœuvrement cruel,
Si les baisers que m’a donnés
Ta lèvre pareille à des fleurs
Sont aussi nombreux que mes pleurs.

Nice, février 1861.

Poème préféré des membres

Aucun membre n'a ajouté ce poème parmi ses favoris.

Commentaires

Aucun commentaire

Rédiger un commentaire

Théodore de BANVILLE

Portait de Théodore de BANVILLE

Etienne Jean Baptiste Claude Théodore Faullain de Banville, né le 14 mars 1823 à Moulins (Allier) et mort le 13 mars 1891 à Paris, est un poète, dramaturge et critique français. Célèbre pour les « Odes funambulesques » et « les Exilés », il est surnommé « le poète du... [Lire la suite]

© 2017 Un Jour Un Poème - Tous droits réservés
UnJourUnPoeme sur Facebook UnJourUnPoeme sur Twitter RSS
Nos partenaires : Le Mot pour la frime | Poetiz | Permis moto